Vu sur le web > Review: The Helm personal email server puts you in control of your data

http://bit.ly/2RayZsb


Recent days have not been good to your private data. Scandals follow data breaches, which are followed by yet additional scandals, as the big tech companies continue to worm their way even deeper into our lives. It has become increasingly clear that almost every action you take — be it online or off — is collected, categorized, and sold by entities that never had your best interests at heart. 

But it doesn’t have to be that way. Or, at least not to that same troubling degree. Services like Tor, Signal, and ProtonMail offer real alternatives to the data collection that has become the norm. And, now, we can add one more offering to the mix. Say hello the the Helm personal email server. 

The Helm

$299, with an annual $99 subscription fee (first year’s fee is waived)

The Good

Super simple setup • Sleek design • You own your own data • Easy to expand storage capacity • Encrypted backups

The Bad

Smartphone required for setup

The Bottom Line

This is a great product that’s intuitive to use, and puts you in control of your own data.

Cool Factor5.0

Learning Curve4.0

Performance4.0

Bang for the Buck5.0

The device, a sleek looking triangle that could be confused for a modern-art inspired paper weight, is a personal email server for your home. Once properly set up, it allows the user to send and receive email as they might normally — from their smartphone or computer — with an important bonus: the data is stored in your home or office (there is an encrypted offsite backup for those worried about losing all their email in a house fire). That’s right, with Helm you both own and control your emails. 

« [Everything] we do is designed to know as little about you as possible. »

Importantly, Helm doesn’t scan the content of your emails for advertising purposes. According to the company, the entire device and service is designed with privacy in mind. 

« From state-of-the-art encryption to secure checkout processes, everything we do is designed to know as little about you as possible, » explains Helm. 

The Helm ships with 128GB of storage — significantly more than a free Gmail account offers — and gives you the option to add an additional 5TB of storage at a later date via a slide-in tray. If you want to go really bonkers, you can even stack entire « expansion units » for additional storage and performance.  

In other words, this thing is designed to last. 

The Set Up

Getting your Helm up and running is straightforward — well, as straightforward as setting up an email server could ever possibly be. 

The first step is to take the thing out of the box and plug it into a power outlet (my review unit looks quite nice on a shelf next to my records). You can either plug the Helm directly into your router with the included ethernet cable — which Helm recommends — or later use your wireless network to get things up and running. I went with the direct plugin, but knowing that if I wanted to I could set it up at a physical distance from my router was a comfort. 

The back side.

Image: Zlata Ivleva / mashable

Next, download the Helm app (available on both the App Store and Google Play) on your smartphone and make sure your phone’s Bluetooth is turned on. As soon as the Helm’s power button starts blinking, which it should do shortly after you plug it in, you’re ready to launch the app. 

Screenshots from the Helm setup.

Image: screenshots / helm app

Working your way through the setup app is quick, and with the activation code that comes with your purchase you can send and receiving emails shortly after unboxing. You’ll want to take a moment to « warm-up your email, » however, to ensure that the Gmail and Outlook filters of the world don’t mistake your digital missives for spam.

The Helm’s plug-and-play simplicity means that even a less-than-tech-literature individual can get things up and running in no time. Which is great. Privacy shouldn’t be limited to those with specialized technical capabilities.  

Backups 

You would be forgiven for pointing out the obvious fact that storing all your emails in a physical device on your desk could, well, backfire. What if, heaven forbid, your house burned down or was burglarized? 

Thankfully, Helm has your data covered. The $99 annual subscription fee (at the time of this writing, the first year is offered free of charge) doesn’t just ensure your emails are sent and a domain registration. It also protects your data with an offsite encrypted backup.

« Encryption keys are created on each Helm Personal Server and are only accessible to you, » explains the company. « Keys for encrypting backups are stored on an included USB drive and your phone. »

The USB key.

Image: ZLATA IVLEVA / MASHABLE

As long as you have the encryption key, you can restore your data to a new Helm in case of a device-destroying mishap. 

Security

Helm says it takes the security of your email seriously. After all, what’s the point of having a private email server if any hacker who feels like it can take a peek at your data?

« Your device includes full-disk encryption, secure boot, and encrypted backups, » explains the company. « Each Helm uses certificates from the Let’s Encrypt Project to secure connections to and from your custom domain. »

The company promises it will also push all the necessary security updates to your device. And, as an extra bonus, Helm is asking for help from the larger infosec community. 

« We hire hackers to try to break into our product and will soon announce a bug bounty—a cash reward—to anybody who’s able to detect vulnerabilities in the device, » notes Helm.

Sure, nothing online is unhackable, and if you are really concerned about being specifically targeted by cybercriminals than something like Google Advanced Protection Program might be for you. However, if you’re just an average Joe attempting to slow the constant erosion of your privacy then the Helm is worth a look.

The takeaway

The Helm does many things right, both philosophically and technically. The practically plug-and-play email server makes it not only possible, but relatively easy, to take back control of your email — and, by extension, your digital life — in a real way. The $299 cost and annual subscription fee, while nothing to sneeze at, comes across as reasonable when you look at everything that comes with it. 

With large data breaches becoming a more common part of everyday life, and trust in major tech companies like Facebook declining, Helm could not have chosen a better time to release an easy-to-use private email server. If you’re ever find yourself thinking that it’s past time you take back control of your data, Helm might just be the right place to start. 

via Mashable http://bit.ly/2GeRt6L

January 23, 2019 at 08:35PM

Vu sur le web > «Venez au Québec» ou comment le Premier ministre québécois drague les entrepreneurs français

http://bit.ly/2FMsxXc


Le nouveau Premier ministre québécois François Legault — LUDOVIC MARIN / AFP

Le nouveau Premier ministre québécois François Legault a fait du pied aux entrepreneurs français. Il a exhorté mardi ces derniers à « venir au Québec », « porte d’entrée en Amérique du Nord ». Un jour après l’opération de séduction du président français Emmanuel Macron, baptisée « Choose France » et vantant les mérites de la France auprès de chefs d’entreprises étrangères réunis au château de Versailles près de Paris, c’est dans la très symbolique Bourse de Paris que le numéro un québécois a réuni mardi midi 350 intervenants, dont de nombreux entrepreneurs.


« Je lance l’invitation aux entrepreneuses et entrepreneurs français. Vous voulez investir en maximisant les rendements et en diminuant les risques ? Il y a un nouveau gouvernement québécois prêt à vous accueillir à bras ouverts », a claironné François Legault, en clôture d’une visite officielle de trois jours à Paris à l’accent économique, avant le Forum économique de Davos en Suisse.


« Nationaliste » mais non indépendantiste, François Legault se présente comme l’exemple de la coopération « transatlantique », à l’image de la compagnie aérienne québécoise Air Transat, qu’il a fondée avec des associés français.


Une relation Paris-Québec privilégiée


« Nous pouvons faire de la relation privilégiée » entre Paris et Québec un tremplin pour bâtir un « axe économique Québec-France », qui serait la tête de pont des marchés européen, à Paris, et américain, à Montréal, grâce au Traité de libre-échange nord-américain entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique.


Répétant son mantra depuis le début de sa visite à Paris, François Legault a dit vouloir « doubler » les échanges commerciaux entre les deux « Etats », qui ne sont pas à la hauteur de leurs liens d’amitié étroits et de l’attraction que le Québec exerce sur de nombreux Français qui décident de s’y implanter.


Les échanges commerciaux plafonnent à moins de 5 milliards de dollars canadiens (3,3 milliards d’euros), soit moins de la moitié des échanges entre le Québec et le Texas par exemple.


Les Etats-Unis absorbent actuellement 70 % des exportations du Québec, or « les menaces protectionnistes » accroissent la « nécessité de diversifier nos relations commerciales », a-t-il estimé en référence à la politique du président Donald Trump.


François Legault a rencontré lors de son déplacement parisien « une trentaine de grandes entreprises », dont le PDG de L’Oréal Jean-Paul Agon, et le patron de Fleury-Michon, Régis Lebrun.


Trump, une « opportunité »


Donald Trump et sa politique protectionniste sont « une très belle opportunité pour le Québec pour relancer les échanges avec la France », a confirmé Benjamin Cohen, vice-président de la société française Zalis, qui offre des conseils en stratégie et fusion. « Il y a de plus en plus de Français qui veulent acheter des entreprises au Québec », assure Benjamin Cohen, qui représente Zalis à Montréal.


« Oui, il y a de très grosses opportunités au Québec, en particulier dans la haute technologie et l’intelligence artificielle », a-t-il déclaré à l’AFP.


Une philosophie du travail qui séduit


« Il y a à Montréal une compétence, un bon terreau et une volonté. Et ça s’est accéléré avec la fuite des cerveaux due à l’arrivée de Trump », ajoute Emmanuel François, qui compte ouvrir une représentation au Québec « cette année ».


D’autres entrepreneurs, présents au déjeuner de mardi à la Bourse, ont souligné leur attirance pour « la philosophie de travail au Québec », comme le souligne Stéphane Desbat, de l’entreprise Luxendi, distributeur de composants électroniques pour l’éclairage durable.


« C’est plus accueillant. On n’a pas le sentiment d’avoir des tensions sociales. Il y a de vraies opportunités », ajoute Stéphane Desbat, qui élabore un projet d’implantation au Québec.


« Le Québec est la première porte d’accès à l’Amérique. Et au Québec, c’est plus simple. Il y a une approche pragmatique », ajoute Bruno Chiaverini, directeur des relations internationales à la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le centre-est de la France, qui compte « une centaine d’entreprises implantées au Québec ».

via 20Minutes – Une http://bit.ly/2QsWs7E

January 23, 2019 at 03:40PM

Vu sur le web > Pour le patron d’Orange, taxer les Gafa, « c’est très bien »

http://bit.ly/2CBwTMQ


Pour le patron d’Orange, taxer les Gafa, « c’est très bien »

Business : Stéphane Richard, le PDG d’Orange, se félicite de la volonté de l’Etat français de taxer les Gafa(m) et déclare soutenir « à 200% » ces initiatives. Pour le dirigeant, il n’est pas acceptable que les opérateurs paient autant d’impôts et les Gafa si peu.


 

Entre opérateurs et services en ligne, le financement des réseaux a toujours été un point majeur de désaccord, comme l’a souvent illustré le débat sur la neutralité du net. La fiscalité pourrait donc être un levier permettant de rétablir un peu d’équité entre ces acteurs.

Le patron du premier opérateur français ne fait donc pas mystère de son soutien à la taxe Gafam prévue par le gouvernement. Interrogé sur Europe 1, Stéphane Richard déclare ainsi soutenir « à 200% ces projets-là. »

Les opérateurs « paient plus de 80% des impôts », les Gafa « 3% »

« Ce n’est pas tout à fait normal, et pas acceptable que dans cette économie numérique les opérateurs que nous sommes paient plus de 80% des impôts et les Gafa, qui sont des entreprises immenses qui tirent une richesse considérable de tout cela, en payent moins de 3% » dénonce-t-il.

Cette inégalité est par conséquent « insupportable », s’insurge Stéphane Richard, dès lors « très heureux que ce projet voie enfin le jour ». Une position loin d’être surprenante de la part du patron d’Orange qui en 2015 s’élevait déjà contre « un retour de l’impérialisme et du colonialisme américain en matière de numérique. »

« L’Europe n’est pas le paillasson numérique de l’Amérique. Nous aussi, nous sommes capables d’innover » poursuivait-il. Et l’optimisation fiscale de ces multinationales est un des instruments qui leur permet de soutenir leur développement.

Avec un niveau d’imposition en Europe souvent très bas, les Gafa bénéficient d’un avantage fiscal sur leurs concurrents – surtout les ETI et PME européennes -, mais en outre ils ne financent pas par conséquent les infrastructures qu’ils consomment pourtant, comme les réseaux Internet.

Et c’est plus particulièrement le financement de ces infrastructures qui préoccupe les opérateurs. « La problématique est que nous ne pouvons pas mettre de la capacité sans cesse croissante à disposition sans que ces acteurs ne contribuent à quoi que ce soit » rappelait lors d’un débat de l’Arcep le directeur de Free.

« Le haut débit bénéficie des biens publics. Il a profité de l’infrastructure publique, des subventions et d’avantages fiscaux. Tous ces avantages lui donnent des qualités publiques » rétorquait un cadre de Google. La contribution fiscale de la firme et des autres géants leur permet-elle de prétendre pouvoir bénéficier de ces qualités publiques ?


via ZDNet News http://bit.ly/2QJNPdN

January 23, 2019 at 11:22AM

Vu sur le web > La Hadopi se dit « désarmée » face à la complexification du piratage

http://bit.ly/2U68Soc


Que peut faire la Hadopi face à la complexification du piratage ? Depuis sa création en 2009, la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet a notamment mis en place une riposte graduée concernant les échanges de fichiers illicites de pair-à-pair.

Mode privilégié d’échange dans la première moitié des années 2000, le « peer-to-peer » a depuis été un peu ringardisé par des nouvelles techniques : streaming, téléchargement direct, débrideurs, stream-ripping et ces dernières années l’IPTV distribuée via des boîtiers.

55 % des films dématérialisés sont piratés

Une étude réalisée par la Hadopi et la société de conseil EY présentée ce 22 janvier montre l’ampleur de ces nouveaux usages. Les trois plus gros acteurs du « direct download » en France (UpToBox, 1Fichier et Uploaded) sont fréquentés par un million de visiteurs par mois. 55 % des films et 50 % des séries dématérialisés consommés dans l’Hexagone sont piratés.

Et de nouveaux contenus se greffent à ceux plus traditionnels de la vidéo, de la musique ou des jeux vidéo. C’est par exemple le cas des contenus sportifs qui sont piratés à hauteur de 29 %. Un phénomène accentué par la multiplication des offres sportives (Canal+, BeIN Sports, RMC Sport) qui représentent un budget mensuel conséquent.

Une charte qui a atteint ses limites

Face à cet écosystème complexe mettant en relation hébergeurs, plateformes publicitaires, annonceurs, sites de référencement ou encore services d’agrégation, la Hadopi a bien tenté de mettre en place une charte en 2015. Régies et annonceurs s’engageaient alors à cesser toute relation commerciale avec des sites de téléchargement illégaux.

Si les acteurs reconnus du secteur ont joué le jeu, ne voulant plus associer leurs marques à ces sites à la réputation sulfureuse, d’autres n’ont pas hésité à les remplacer. Jeux en ligne, escroqueries, rencontres se sont finalement imposés, souvent grâce à des accords directs d’affiliation ou de publicité, mettant ainsi de côté les régies publicitaires traditionnelles.

« Ces sites pirates sont une hypocrisie »

« Nous sommes assez désarmés face à ces nouveaux services », reconnaît Pauline Blassel, secrétaire générale de la Hadopi. Légalement, la riposte graduée permise à l’autorité ne concerne toujours que les échanges pair-à-pair. « Nous aimerions que l’on reconnaisse à la Hadopi un pouvoir de caractérisation de ces sites. C’est une hypocrisie que ces sites pirates puissent être accessibles et toujours pas fermés. Il nous faut informer les consommateurs, impliquer les intermédiaires et faciliter l’office du juge. »

Cette étude résonne donc comme une sorte de plaidoyer de l’autorité pour voir ses compétences élargies, face à un piratage qui se complexifie et dont les acteurs – que ce soient les distributeurs ou les consommateurs – sont de plus en plus difficilement identifiables.

via 01net. Actualités http://bit.ly/2T1AM47

January 22, 2019 at 07:22PM

Vu sur le web > Netflix app for iOS adds option to share movies and TV shows to Instagram Stories

http://bit.ly/2AXqziG


Netflix’s influence on popular culture is undoubtedly growing, and almost everything that takes place in its movies will arguably hog the social media feed and memes, for better or worse. Banking on that popularity, Netflix is bringing a new feature to its iOS app which allows users to share their favorite title to Instagram Stories or send them directly to friends.

The move is an obvious attempt at further increasing awareness of its brand in online conversations. Netflix’s Instagram integration adds some sort of customization by letting you insert stickers and comments into the titles you’re sharing on top of the default Netflix art.

To get started, simply pick the movie or TV show you wish to post to Stories and you will then see the « Send To » button. Your Instagram contacts can then tap the title shared on the platform, which will bring them to the Netflix app where they can watch the content.

While the new capability is currently available on Netflix’s iOS app, the streaming service confirmed to Variety that it is planning to launch that feature to Android devices as well. Other platforms that take advantage of this Instagram integration include Apple’s Shazam and Spotify.

Source: Variety

via Neowin http://bit.ly/2cWeNt5

January 23, 2019 at 02:14AM

Vu sur le web > Ile-de-France : 122 lignes de bus interrompues «jusqu’à nouvel ordre» à cause de la neige

http://bit.ly/2RWcSdC


Un bus de la RATP – Illustration — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

A Paris et en Ile-de-France 122 lignes de bus ont été interrompues a annoncé la RATP dans un point info trafic à 11h30 ce mardi. Le réseau précise que la circulation de ces bus est stoppée « jusqu’à nouvel ordre » à cause de
la neige qui tombe depuis ce matin sur toute l’Ile-de-France. Sur les réseaux, la RATP indique aux usagers que « la situation l’exige, et pour des raisons évidentes de sécurité, les bus peuvent rentrer au dépôt en cas d’épisode neigeux ».


Les bus concernés sont ceux des lignes : 30, 31, 35, 54, 65, 95, 139, 170, 252, 302, 352, 512, 8, 26, 32, 43, 53, 60, 80, 94, 518, 519, 341, 353, 113, 114, 116, 118, 120, 124, 127, 203, 210, 221, 303, 310, 320, 421, 520, 61, 75, 133, 150, 151, 152, 173, 248, 249, 251, 330, 349, 350, 29, 46, 48, 56, 64, 69, 86, 105, 134, 143, 145, 146, 147, 148, 234, 247, 334, 346, 347, 546, 153, 168, 239, 250, 253, 254, 255, 256, 261, 268, 269, 270, 337, 355, 356, 361, 368, 370, 183, 85, 187, 192, 285, 286, 292, 385, 396, 485, 486, 487, 488, 492, 583, 585, 587, TVM, 47, 125, 131, 132, 162, 172, 182, 184, 186, 187, 325, 380, 542 et 581.


Plus d’informations à venir sur 20minutes.fr …/…


via 20Minutes – Une http://bit.ly/2QsWs7E

January 22, 2019 at 12:33PM

Vu sur le web > Le Wall Street Journal confirme l’abandon des écrans LCD pour les iPhone 2020

http://bit.ly/2RFMnK4


Selon un récent rapport du Wall Street Journal, il y aurait trois iPhone pour la gamme 2019, deux modèles OLED et un modèle avec affichage LCD. Et 2019 pour être la dernière année avec un iPhone équipé d’un affichage LCD.

En effet, d’après un nouveau rapport du journal américain, Apple va abandonner entièrement les écrans LCD d’iPhone en 2020, pour adopter l’OLED sur toute la gamme.

La transition à l’OLED sur tous les nouveaux iPhone de 2020, devrait permettre plus de liberté dans le design de l’appareil. Car l’affichage LCD nécessite un panneau rétroéclairant derrière l’écran, alors que les pixels sur l’OLED s’allument individuellement les uns des autres.

Apple devrait proposer en 2020, un nouveau design d’iPhone, qui pourrait potentiellement éliminer l’encoche ou en tout cas grandement réduire la taille de celle-ci.

En parallèle, Apple travaille au successeur de l’OLED, le MicroLED. La firme de Cupertino développerait ses propres écrans MicroLED, pour équiper dans un premier temps l’Apple Watch et ensuite l’iPhone.

Selon Bloomberg, Apple aurait sa propre mini-usine de fabrication d’écrans MicroLED, située à 15 minutes de son quartier général de l’Apple Park. À l’intérieur, 300 ingénieurs travaillent sur la prochaine technologie d’écran MicroLED.

Il apparait donc que le successeur de l’iPhone XR, serait le dernier modèle à utiliser un affichage LCD, avant de passer en 2020 à un affichage OLED présentant plusieurs avantages.

Source

Suivez l’actualité iPhon.fr

Vous aimez ? Partagez !

via Blog iPhon.fr http://www.iphon.fr

January 22, 2019 at 12:33PM

Vu sur le web > Le patron de Microsoft veut son “Netflix du jeu vidéo”

http://bit.ly/2U7P2ZD


Satya Nadella, le PDG de Microsoft, veut faire du projet xCloud le “Netflix du jeu vidéo”. Derrière ce terme fourre-tout se cache une volonté de bousculer le marché.

5bbb734766fb3f080d4dfc93-960-361.jpg

© Microsoft.


Les services de streaming se multiplient actuellement dans le monde du jeu vidéo et chaque acteur de l’industrie veut sa part du gâteau. C’est le cas de Microsoft

avec xCloud,

une plateforme de jeu en streaming dévoilée fin 2017. Lors d’une conférence Microsoft, Satya Nadella y va même de sa petite formule choc, utilisée souvent à tort et à travers :

“Nous le décrivons

(le projet xCloud, NDLR)

, pour faire court, comme le Netflix du jeu vidéo”

. Un exemple parlant pour le grand public, mais également pour Microsoft qui aimerait connaître le même succès que la plateforme de streaming vidéo dans son domaine.
 


L’objectif de xCloud est de laisser les utilisateurs jouer à n’importe quel jeu du catalogue Xbox sur n’importe quelle machine, que ce soit un PC ou un smartphone. En théorie, il laisserait par exemple la possibilité à l’utilisateur de lancer

Gears of War 4

sur un smartphone en y connectant une manette Xbox en Bluetooth. Des tests sont déjà effectués dans ce sens et la firme de Redmond compte bien lancer des essais grandeur nature dans le courant de l’année.


Microsoft aimerait s’imposer dans le monde du

cloud gaming

avec ce nouveau projet, et il se doit de tenir la dragée haute à une concurrence qui a déjà sorti les armes. Sony permet de jouer à un large catalogue de jeux en streaming sur PS4 et PC avec son PSNow tandis que Google a récemment dévoilé son projet Stream

pour jouer directement sous Chrome.

D’autres acteurs, à l’instar de Nvidia avec GeForce Now ou même le Français Shadow, sont également déjà sur le marché.


Il s’agira dorénavant de savoir quelle forme prendra cet xCloud dans le futur. Avec le succès de l’offre Xbox Game Pass et l’achat frénétique de nouveaux studios, Microsoft possède toutes les cartes en main pour proposer une offre streaming plus que solide, voire pour placer cette stratégie au cœur de sa prochaine console. Satya Nadella a les moyens de faire son Netflix du jeu vidéo.
 

via Les Numériques http://bit.ly/2xsKshj

January 22, 2019 at 10:16AM

Vu sur le web > Orange remporte haut la main le prix de l’opérateur mobile de l’année

http://bit.ly/2AV69H0


Après

les bilans nPerf

qui ont consacré la qualité du réseau d’Orange tant sur le fixe que sur le mobile, c’est au tour de la société d’études Qosi de distinguer l’opérateur historique dans son

étude sur la qualité d’expérience mobile sur l’année 2018

. Elle a décerné pour la

deuxième fois consécutive le prix de l’opérateur mobile de l’année

à Orange.

Marc Blanchet, directeur technique et du système d'information d'Orange, reçoit le prix du meilleur opérateur mobile de l'année 2018 des mains de Fabien Renaudineau, le CEO de Qosi.
01net.com
– Marc Blanchet, directeur technique et du système d’information d’Orange, reçoit le prix du meilleur opérateur mobile de l’année 2018 des mains de Fabien Renaudineau, le CEO de Qosi.

37 Mbit/s de débit en moyenne avec Orange

On commence par l’indicateur le plus prisé des internautes : le débit descendant. Orange atteint en moyenne les 36,8 Mbit/s contre 27,5 pour Bouygues Telecom, 24,2 pour SFR et 16,6 pour Free Mobile.

Concernant le débit montant, la hiérarchie reste presque la même : 10,4 Mbit/s pour Orange, 8,8 Mbit/s pour SFR, 8,4 pour Bouygues Telecom et 5,2 pour Free Mobile. Concernant ensuite la navigation web, le streaming ou les communications vocales, l’opérateur historique réalise là encore les meilleures performances. Bouygues Telecom et SFR font mieux malgré tout quand il s’agit d’envoyer des SMS. Quant à l’accès au web dans les transports ferroviaires, Bouygues Telecom fait jeu égal avec Orange.

Le bilan de l'étude de Qosi sur l'année 2018.
Qosi
– Le bilan de l’étude de Qosi sur l’année 2018.

Toutefois, ces chiffres recouvrent de grandes disparités suivant la densité de population : l’opérateur historique affiche ainsi un débit descendant de 54,7 Mbit/s dans les grandes agglomérations et de seulement 17,5 Mbit/s en zones rurales.

Le débit suivant la densité de population.
Qosi.
– Le débit suivant la densité de population.

41% des communes ont un débit inférieur à 10 Mbit/s

Le décrochage est plus fort pour tous les opérateurs sur ces territoires. A ce sujet, Qosi a voulu ajouter un nouvel indicateur à l’échelle de la commune. On apprend ainsi que 41% des communes ont une majorité de débits inférieurs à 10 Mbit/s, et  8% des communes, un débit inférieur à 0,5 Mbit/s sans possibilité d’utiliser de la data. Si l’on se focalise au niveau de la région, on constate que la Bourgogne-Franche Comté et La Nouvelle Aquitaine totalisent 49% de communes en-dessous de 10 Mbit/s.

Les débits par communes et régions.
Qosi.
– Les débits par communes et régions.

Mais Bouygues Telecom se distingue en réalisant de bonnes performances sur ces territoires délaissés. L’opérateur présente les meilleurs débits en communes rurales des 4 opérateurs, avec 20,7 Mbit/s en moyenne. Et avec lui, seules 40% des communes de France chutent à moins de 10 Mbit/s contre 66% chez Free, 47% chez Orange et 42% chez SFR (voir le premier tableau).

En conclusion, on peut dire que la situation s’est sensiblement améliorée par rapport à l’année dernière. Même Orange, qui arrive en tête, ne s’est pas reposé sur ses lauriers et a continué à progresser. Le New Deal conclu il y a plus d’un an entre le gouvernement et les opérateurs mobiles devrait faire reculer encore un peu plus zones blanches et grises. L’objectif reste d’apporter la 4G pour tous les Français d’ici 2020.

via 01net. Actualités http://bit.ly/2T1AM47

January 21, 2019 at 11:02PM

Vu sur le web > Violation de la vie privée : gigantesque amende en vue pour Facebook ?

http://bit.ly/2Dpcj3P


facebook à la loupe
Shutterstock.com

Aux États-Unis, les régulateurs réfléchissent à infliger au réseau social de Mark Zuckerberg une amende record, qui pourrait être de l’ordre de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Facebook

est-il sur le point de subir la plus lourde amende de son histoire aux USA et ainsi dépasser celle infligée à Google, en 2012, de 22,5 millions de dollars ? C’est en tout cas ce que plusieurs régulateurs américains souhaiteraient. La

Federal Trade Commission (FTC)

, la Commission fédérale du commerce, envisage d’infliger à Facebook une amende record après avoir constaté le

non-respect de ses engagements en matière de protection des données personnelles de ses utilisateurs

.

Une nouvelle condamnation suite au scandale de Cambridge Analytica

Le

Washington Post indique

que le réseau social a violé un accord contraignant juridiquement, relatif à un

décret d’autorisation de 2011 visant à protéger la confidentialité des données personnelles

. Celui-ci imposait à Facebook de ne pas induire en erreur ni tromper ses abonnés sur l’utilisation de leurs informations et obligeait le réseau social à mettre en place des contrôles externes sur la manière dont il utilise les données.

Or, cette discussion entre les commissaires de la FTC fait suite au

scandale Cambridge Analytica

, cette société de conseil politique qui avait accédé aux informations personnelles de 87 millions d’abonnés Facebook, à leur insu.

Série noire pour Facebook

Depuis l’affaire Cambridge Analytica, d’autres affaires ont éclaté. Facebook a reçu

une amende de 562 000 euros

au Royaume-Uni en octobre 2018 pour avoir violé la loi sur la protection des données, sa plus lourde condamnation à ce jour. En Italie, le réseau social s’est vu infliger une

amende de 10 millions d’euros

en décembre 2018 pour avoir utilisé les données de ses utilisateurs à des fins commerciales.

Et plus récemment, c’est la société mère de Cambridge Analytica, SCL Elections, qui a reçu une note de

près de 17 000 euros

à régler, pour avoir violé la loi britannique sur les données.

via Clubic.com – Actualité https://clubic.com/

January 21, 2019 at 07:13PM