Vu sur le web > Leetchi n’a pas cédé à la « Macronie » en bloquant la cagnotte pour le boxeur Christophe Dettinger (mais à ses CGU)

http://bit.ly/2SPAwW8


Une cagnotte avait été lancée sur Leetchi en soutien au boxeur Christophe Dettinger, accusé d’avoir frappé des gendarmes lors d’une mobilisation Gilets Jaunes. Des internautes parlent de censure.

On le surnomme le « boxeur des Gilets Jaunes ». Christophe Dettinger, un boxeur, apparaît sur une vidéo en train de donner des coups à des gendarmes lors d’une mobilisation des Gilets Jaunes. Depuis, il fait l’objet de poursuites. L’un de ses proches a ouvert sur le site Leetchi une cagnotte pour l’aider à payer ses frais de justice et le soutenir. La plateforme a finalement décidé mardi 8 janvier de clôturer cette levée de fonds. Et ce n’est pas parce qu’elle est de mèche avec le gouvernement.

Le suspect placé en garde à vue

L’histoire commence le samedi 5 janvier, à Paris. « L’acte VIII » de la mobilisation des Gilets Jaunes est lancé. De nombreux manifestants sont présents dans la capitale. Au niveau de la passerelle Léopold Sédar-Senghor, qui surplombe la Seine vers les Jardins des Tuileries, certains sont bloqués par un barrage des forces de l’ordre. Les échangent deviennent violents, et des coups sont portés des deux côtés, selon 20 Minutes.

Comme le montrent ces images capturées par Line Press, un homme passe alors par dessus la petite balustrade de la passerelle. Il se met à frapper un gendarme armé d’un bouclier de protection. À mains nues, il lui assène plusieurs coups. Selon plusieurs médias, il aurait aussi agressé d’autres membres des forces de l’ordre.

Un suspect a été rapidement identifié. Il s’agirait de Christophe Dettinger, un boxeur âgé de 37 ans, originaire de banlieue parisienne.

Comme l’a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, Christophe Dettinger s’est lui-même présenté aux enquêteurs de la sûreté territoriale de Paris, après avoir été activement recherché par la police. «  Il a été immédiatement placé en garde à vue et devra répondre de ses actes devant la justice », a précisé le ministre.

115 000 euros récoltés en une journée

Un proche a décidé d’ouvrir une cagnotte sur Leetchi à destination celui que l’on surnomme « le gitan de Massy ». Il y décrit Christophe Dettinger comme un « homme qui a défendu pacifiquement ses idées, celles des Gilets Jaunes », quelqu’un de « concerné par l’avenir de son pays ». Il explique craindre que son ami ne serve d’exemple.

Pour soutenir sa famille et «  lui montrer la solidarité du peuple des Gilets Jaunes, du vrai peuple français », plus de 8 000 personnes ont donné de l’argent. Le montant a fini par être caché par l’auteur de la cagnotte, pour, dit-il, résister aux «  pressions médiatiques » et préserver la famille du boxeur. Contrairement à ce qu’ont affirmé des internautes, ce n’est donc pas Leetchi qui a pris cette décision.

Selon L’Obs, la cagnotte aurait dépassé les 115 000 euros.

La cagnotte dédiée à Christophe Dettinger. // Source : Capture d’écran Leetchi / Numerama

La cagnotte, mise en ligne le lundi 7 janvier, a été bloquée par Leetchi dès le lendemain, le mardi 8 janvier. La plateforme l’a expliqué dans un communiqué.

L’argent bloqué par Leetchi

« Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n’accepte désormais plus de contributions », est-il écrit. Leetchi a expliqué que les fonds collectés sur la cagnotte jusqu’à présent pourront être reversés à Christophe Dettinger, mais uniquement dans le but de financer ses frais de justice. « Le transfert des fonds ne sera effectué que sur présentation de justificatifs (devis et notes d’honoraires de l’avocat). L’argent sera reversé directement sur le compte dédié de l’avocat et ce sans aucun intermédiaire », est-il précisé.

« Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n’accepte désormais plus de contributions »

L’argent collecté qui n’aura pu servir pour des frais d’avocat sera lui remboursé aux participants à la cagnotte lorsque toutes les démarches juridiques auront été financées.

Sur les réseaux sociaux, on a rapidement parlé de «  censure », et de soumission au pouvoir, à la «  Macronie » de la part de Leetchi. En réalité, la plateforme, comme elle l’explique dans son communiqué, ne fait qu’appliquer ses propres conditions d’utilisation.

Elle assure ne porter « aucun jugement de valeur » sur les projets ou causes défendues grâce à Leetchi, mais rappelle que ses CGU « proscrivent toute incitation à la haine ou à la violence ».

Une cagnotte contraire aux CGU de Leetchi

Dans les CGU en question, qui sont consultables en ligne, on lit en effet que sont interdites les cagnottes pour des activités de « promotion de la haine [ou de la] violence ». Comme c’est ce pour quoi M. Dettinger a été interpellé, Leetchi ne fait qu’appliquer ses propres règles.

Le signe de ralliement du mouvement : le gilet jaune. // Source : Wikipédia / Numerama

Une autre partie sur les engagements de l’utilisateur précise qu’en cas de manquement aux obligations, Leetchi se réserve le droit de prendre «  toute mesure appropriée afin de faire cesser les agissements concernés ».  « En cas, notamment, de doute sérieux d’utilisation frauduleuse de la Cagnotte, d’utilisation non autorisée de la Cagnotte », Leetchi peut bloquer une cagnotte.

Les modalités de remboursement dans ces cas ne sont pas particulièrement explicites. Il est néanmoins précisé que les fonds sont détenus par la personne qui a créé la cagnotte jusqu’à la fin de cette dernière ou l’annulation du contrat.

On ignore pour le moment quelle décision Leetchi prendra s’il est innocenté au terme des poursuites juridiques. Contactés, les responsables de la plateforme ne sont pour le moment pas revenus vers nous.

Le boxeur assure avoir « mal réagi »

Christophe Dettinger de son côté, s’est expliqué dans une vidéo postée sur Facebook par une femme disant être sa belle-sœur.

Il reconnaît avoir «  mal réagi » face aux gendarmes, mais plaide la légitime défense. « J’ai vu la répression, explique-t-il à ce sujet. J‘ai vu la police nous gazer, faire mal à des gens. (…) À force de se faire taper (…) j’ai voulu avancer sur les CRS (…). La colère est montée en moi », dit-il face à la caméra, avant de rappeler son soutien au mouvement des Gilets Jaunes. À en croire les commentaires postés sous la cagnotte, toujours en ligne même s’il est devenu impossible d’y participer, ce soutien serait réciproque.

Des commentaires sous la cagnotte. // Source : Capture d’écran Leetchi / Numerama

Selon Le Figaro, la garde à vue de Christophe Dettinger aurait été prolongée.

Partager sur les réseaux sociaux

via Numerama.com – Magazine http://bit.ly/2CciaGz

January 8, 2019 at 04:05PM