Vu sur le web > Samsung faces increased competition from LG Display, Sharp for future iPhone OLED panel orders

http://ift.tt/2ASEPGA

Article Image

Samsung may soon face increased competition from its display production rivals, with a report claiming LG Display and other manufacturers are stepping up their OLED panel efforts to try and secure future orders from Apple to supply screen components for future iPhones.

via AppleInsider http://appleinsider.com

January 12, 2018 at 02:53PM

Vu sur le web > GM will make an autonomous car without steering wheel or pedals by 2019

http://ift.tt/2DlF9R0

General Motors plans to mass-produce self-driving cars that lack traditional controls like steering wheels and pedals by 2019, the company announced today. Its a bold declaration for the future of driving from one of the country’s Big Three automakers, and one that is sure to shake things up for the industry as the annual Detroit Auto Show kicks off next week.

The car will be the fourth generation of its driverless, all-electric Chevy Bolts, which are currently being tested on public roads in San Francisco and Phoenix. And when they roll off the assembly line of GM’s manufacturing plant in Orion, Michigan, they’ll be deployed as ride-hailing vehicles in a number of cities.

“It’s a pretty exciting moment in the history of the path to wide scale [autonomous vehicle] deployment and having the first production car with no driver controls,” GM President Dan Ammann told The Verge. “And it’s an interesting thing to share with everybody.”

The announcement coincides with the tail end of CES, where a number of big companies announced their own plans to deploy autonomous vehicles, and right before the Detroit Auto Show, where the industry will have on display all the trucks and SUVs that make its profits.

By committing to rolling out fully driverless cars in a shortened timeframe, GM is seeking to outmaneuver rivals both old and new in the increasingly hyper competitive race to build and deploy robot cars. Ford has said it will build a steering-wheel-and-pedal-less autonomous car by 2021, while Waymo, the self-driving unit of Google parent Alphabet, is preparing to launch its first commercial ride-hailing service in Phoenix featuring fully driverless minivans (though still with traditional controls).

Unlike those other companies, GM provided a sneak peek at how its new, futuristic cars will look on the inside. In some ways, its the vehicular version of a Rorsharch inkblot test. The bilateral symmetry of the interior looks both unnerving and yet completely normal at the same time. Instead of a steering wheel, in its place is blank real estate. Under the dash, more empty space. It’s kind of eerie, as you can see in this a video.

The automaker submitted a petition to the National Highway Traffic Safety Administration for permission to deploy a car that doesn’t comply with all federal safety standards. Ammann said the company wasn’t seeking an exemption from the Federal Motor Vehicle Safety Standards — something the government caps at 2,500 — just a new way around a few of the requirements.

GM is proposing to “meet that standard in a different kind of way,” Ammann said. “A car without a steering wheel can’t have a steering wheel airbag,” he said. “What we can do is put the equivalent of the passenger side airbag on that side as well. So its to meet the standards but meet them in a way that’s different than what’s exactly prescribed, and that’s what the petition seeks to get approval for.”

(Of course, the issue of exemptions from federal safety standards may become moot if Congress passes a bill to lift the cap from 2,500 to 100,000. But as of now, the legislation is stalled.)

GM made this announcement to herald the release of its first 33-page safety report to the US Department of Transportation. The feds suggested in 2016, and again last year, that tech companies and automakers working on self-driving cars voluntarily submit a safety checklist to the government in order to help keep tabs on this fast moving technology. GM is only the second company working on autonomous vehicles to have submitted its report, Waymo being the first.

GM breaks its safety assessment into 12 sections: safety system; operational design domain; object and event detection and response; fallback (minimal risk condition); validation methods; human machine interface; vehicle cybersecurity; crash worthiness; post-crash behavior; data recording; consumer education and training; and federal, state, and local laws. It’s a detailed, sometimes boring, sometimes fascinating look at how GM designs and programs its cars to handle all the mundane and insane things that happen on US roads.


Cruise self-driving test vehicle navigates the urban streets of San Francisco, California. (Photo by Karl Nielsen)

Cruise self-driving test vehicle navigates the urban streets of San Francisco, California. (Photo by Karl Nielsen)
Photo by Karl Nielsen

There are some standout elements in the announcement, such as GM’s argument as to why its testing in San Francisco is exponentially more important than its suburban testing. (Emphasis ours.)

While we also test vehicles in Phoenix, our San Francisco vehicles predict an average of 32 times as many possible interactions as those in Phoenix. Thus, San Francisco challenges our self-driving system more because, as the number of objects increase, there are exponentially more possible interactions with objects that the self- driving system must consider.

For example, GM’s self-driving Chevy Bolts encounter 270 emergency vehicles for every 1,000 miles driven in San Francisco, compared to just six in Phoenix.

The safety report excludes certain information, like the the number of times that human safety drivers were forced to take control of their driverless vehicles, or the number of accidents in which GM’s cars were involved. (Cruise Automation, GM’s self-driving unit, told California regulators that its cars were in six crashes in September 2017 alone. Under state law, companies with a license to test autonomous vehicles are required to disclose all accidents, even when they are not at fault.)

Speaking of accidents, GM has not one, but two data recorders in each of its autonomous vehicles to store and protect information in the event of a crash. The collected data includes information from the car’s sensors, vehicle actions, and any malfunctions that occur. Like a black box recorder on an airplane, the data logging machine is designed to withstand catastrophic accidents.

The report and the announcement about GM’s first fully driverless vehicle is sure to impress investors, which have been bullish on the company thanks to its unique ability to scale its product. The automaker has been on a buying spree, acquiring both Cruise and LIDAR startup Strobe to help it become a “full-stack” autonomous car company. It also plans to roll out at least 20 new electric cars by 2023, a goal that puts it in a position to bring battery-powered driving to the mainstream.

Ammann says its what gives GM a leg up over its rivals. “We believe this technology will change the world,” he said. “And we’re doing everything we can to get it out there at scale as fast as we can.”

via The Verge – All Posts http://ift.tt/1jLudMg

January 12, 2018 at 06:04AM

Vu sur le web > Meltdown et Spectre : la mise à jour d’iOS 11.2.2 réduit (beaucoup) les performances de l’iPhone

http://ift.tt/2FrRNyJ

Les failles de sécurité Meltdown et Spectre, qui secouent la Toile en ce début d’année, ont été corrigées par Apple dans iOS 11.2.2. Une mise à jour qui n’est pas sans conséquence puisqu’elle réduit les performances de l’iPhone 6 de 40 %.

L’année 2018 commence mal pour les concepteurs de processeurs avec la découverte des failles matérielles Meltdown et Spectre. Ces deux trous de sécurité sont particulièrement dévastateurs puisqu’ils touchent une immense partie du parc d’appareils en circulation, qu’il s’agisse d’ordinateurs, de serveurs ou de smartphones (pour ne citer qu’eux) et que les correctifs impactent, sur le papier, grandement les performances des terminaux patchés.

Apple très réactif

Apple a rapidement confirmé que ses produits étaient également touchés tout en promettant un rapide correctif, aussi bien sur iOS que sur Mac OS. Pour les mobiles, il s’agit de la version 11.2 d’iOS, déployée depuis déjà le 2 décembre.

Un ingénieur connu sur la Toile sous le nom de Melv1n s’est intéressé à cette mise à jour et s’est demandé quelles étaient ses éventuelles conséquences sur les performances d’un smartphone… à commencer par l’iPhone 6. Il a donc réalisé un benchmark (Geekbench) avant et après de mettre à jour son smartphone, dans les mêmes conditions afin de pouvoir comparer le résultat.

Le cas iPhone 6

Et la différence est plutôt flagrante à en croire ses premiers résultats. En effet, avant de faire la mise à jour (donc sous iOS 11.1.2), l’iPhone 6 de Melvin obtenait des scores de 1561 en single-core et de 2665 en multi-core. Après la mise à jour, il obtient des scores de seulement 924 et 1616 respectivement sur les mêmes tests, soit une baisse de 41 % dans le premier cas et de 39 % dans le second.

Tous les points testés par le benchmark ne sont pas marqués, avec des différences qui tournent plutôt autour de 5 % lorsqu’il s’agit de tests faisant appel à la mémoire du téléphone. Dès lors que le processeur est mobilisé dans de grandes proportions, la différence entre les deux états est proche des 40, voire 50 %. Certains évoquent la possibilité que cet effet soit relatif à l’underclocking de la marque sur les appareils à la batterie vieillissante, mais Apple a confirmé avoir déployé cette fonctionnalité l’année dernière sur les iPhone 6 et 6s, et la mise à jour vers iOS 11.2 ne devrait altérer que les iPhone 7.

Pour en avoir le cœur net, il faudrait cependant réaliser davantage de tests, sur des produits à la batterie neuve, et éventuellement sur d’autres benchmarks. Les résultats sont cependant assez impressionnants au premier regard.

Notons que pour les utilisateurs d’Android, les failles Meltdown et Spectre ne sont corrigées que sur le patch de sécurité du mois de janvier. Pour la plupart, il faudra donc attendre encore un peu avant de pouvoir vérifier l’impact que cela peut avoir sur les performances des téléphones.

À lire sur FrAndroid : Meltdown et Spectre : tout savoir sur les failles de sécurité qui touchent Android, Windows, Chrome OS, macOS et iOS

Melv1n

via FrAndroid – LA communauté francophone Android http://ift.tt/vQmiRQ

January 11, 2018 at 07:41PM

Vu sur le web > Corellium entend simuler des iPhone sur ses serveurs

http://ift.tt/2Dk3Ayj

Les développeurs d’apps iOS doivent tester leurs créations avant de les envoyer à Apple, pour publication sur l’App Store. Cette étape se fait sur des appareils iOS physiques, mais cela ne suffit pas en général, il y a trop de modèles à prendre en compte. C’est pour cela que Xcode, l’outil de développement fourni par Apple, intègre un simulateur capable de faire tourner iOS et une app en simulant le matériel.

C’est très bien, mais cela ne fonctionne que sur un Mac et même si Xcode 9, disponible depuis cette année, permet enfin d’afficher plusieurs simulateurs à la fois, les performances vont vite poser problème. Acheter un iMac Pro est la solution évidente proposée par Apple, mais Corellium propose plus simple et (probablement) moins cher : un simulateur accessible depuis un navigateur web.

Voici à quoi ressemblera le service : un simulateur iOS exécuté dans le navigateur, ici avec la console ouverte sur la droite pour que le développeur analyse ce qui se passe en même temps. Cliquer pour agrandir

Le service n’est pas encore ouvert, mais ses concepteurs promettent un lancement au mois de mars. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire sur le site officiel et demander un accès en avance. En attendant, on n’a que très peu d’infos, si ce n’est que Corellium promet des simulateurs pour tous les appareils iOS et surtout n’importe quelle version d’iOS. Y compris, on suppose, celles qui ne sont plus distribuées par Apple.

Ce simulateur accessible avec un simple navigateur va plus loin que celui d’Apple, puisque les développeurs pourront utiliser des variantes avec jailbreak. Cela pourrait être utile pour lutter contre le piratage, par exemple. Il semble que Corellium exploite Cycript pour créer son simulateur, un outil développé par Saurik, l’un des pères du jailbreak d’iOS. Ceci expliquerait sans doute cela, mais on ne sait quasiment rien à ce stade.

Il faudra vérifier si Corellium parvient à tenir ses promesses. Et si c’est le cas, il faudra aussi avoir quelques détails, notamment tarifaires, pour savoir ce que vaut cette solution exactement. Il n’empêche que, sur le papier au moins, cela pourrait être une innovation majeure pour le développement iOS.

via MacGeneration http://www.macg.co/

January 11, 2018 at 06:37PM

Vu sur le web > DropBox entrerait en Bourse à 10 milliards de dollars

http://ift.tt/2AR4oYC

L’année dernière déjà, il se disait que DropBox préparait son entrée en Bourse. Selon Bloomberg, la société -qui travaillerait avec J.P. Morgan et Goldman Sachs- aurait discrètement déposé une demande en ce sens. La firme serait estimée à dix milliards de dollars et aurait réalisé un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard de dollars cette année. Cette opération promet d’être l’une des plus importantes de ces dernières années dans la tech. Pour la petite histoire, Steve Jobs avait dit au fondateur de la firme que le service de partage relevait plus « d’une fonctionnalité que d’un produit ». Un produit qui ne s’est pas trop mal débrouillé au final… [Source]

via Mac4Ever.com http://ift.tt/1wMqzWG

January 11, 2018 at 07:47PM

Vu sur le web > Veeam réalise un chiffre d’affaires total record de 827 millions de dollars en 2017

http://ift.tt/2AOWmPP

Veeam Software est éditeur de solutions de backup et de gestion de données. La société a dépassé les attentes en réalisant un chiffre d’affaires total de 827 millions de dollars en 2017, en progression de 36 % en glissement annuel. Cette croissance continue s’explique, selon les dirigeants de l’entreprise, notamment par une innovation incessante, permettant aux entreprises de toutes tailles de faire de Veeam leur plate-forme privilégiée pour la disponibilité des workloads virtuels, physiques et cloud.

« Dans le contexte de prolifération massive des données à laquelle font face les entreprises aujourd’hui, il n’a jamais été aussi important d’assurer la disponibilité des données et des applications au sein d’un environnement multicloud complexe », souligne Peter McKay, co-CEO et président de Veeam. « Nous avons poursuivi notre succès sur le marché des entreprises de taille moyenne tout en nous développant sur le segment des grandes entreprises, qui constitue une priorité d’avenir pour nous. Nous continuons d’enregistrer une croissance à deux chiffres alors que nos concurrents traditionnels sont en recul. Notre place de leader et notre dynamique en matière de disponibilité des applications et des données dans tout environnement cloud nous donnent toutes les cartes pour devenir un éditeur de logiciels réalisant un milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel d’ici fin 2018. »

« Durant ce qui a été mon premier exercice financier complet à la tête de la société, de nombreuses initiatives audacieuses en matière de stratégie marché, de partenariats et de structure de notre organisation ont été prises et se sont toutes révélées payantes. La succès exige de prendre des risques et des décisions clés. En 2017, nous avons renforcé nos relations avec des partenaires stratégiques comme HPE, Cisco et NetApp, qui ont généré plus de 100 millions de dollars de chiffre d’affaires. D’autre part, nous avons enrichi l’expérience de nos équipes à travers le monde, contribuant également à notre succès », ajoute Peter McKay.

via Cloud Magazine http://ift.tt/2hYv54e

January 11, 2018 at 04:16PM

Vu sur le web > On a regardé Quotidien sur « l’obsolescence programmée » : du n’importe quoi et du dangereux

http://ift.tt/2D0tIkN

Numerama a allumé sa télé pour regarder « Quotidien » ce mercredi soir. Entre deux fausses infos, des assertions délirantes, des conseils dangereux et beaucoup de n’importe quoi sur les iPhone, nous avons souffert.

Mercredi soir, Twitter s’affole sur nos écrans, la zinzin alerte sonne le glas : une émission grand public vient de lâcher le mot « obsolescence programmée  ». Chez Numerama, notre sang ne fait qu’un tour : nous allons allumer notre télé pour regarder autre chose qu’un programme en SVoD.

Sans perdre de temps, nous prenons notre télécommande. Nous voilà devant une chaîne de la TNT du Groupe TF1 pour regarder Quotidien — un talk dont nous avions un bon souvenir et avec lequel nous avions pu parler, quand il s’appelait encore Le Petit Journal, de censure du web au Maghreb, le 20 juin 2016. « Mais là, c’est le drame  », comme le veut la formule consacrée des télés.

Nous retrouvons donc sur un plateau tout en couleurs M. Samuel Sauvage — que nous avions croisé chez Europe 1 pour parler d’Apple — accompagné de Laetitia Vasseur, face à la rédaction de l’émission. Ici, les deux militants — présentés comme «  ces français qui veulent faire tomber Apple », rien que ça — sont invités par le talk pour parler de la plainte contre Cupertino.

Et toi, t’as l’impression ?

Toutefois, dans notre souvenir encore brumeux d’Europe 1, leur association (Halte à l’obsolescence programmée) tient un discours non sans intérêt mais peu précis, voir loufoque sur l’obsolescence programmée.

Et contrairement à la radio, Quotidien n’a visiblement pas pris la peine de poser en face de nos deux militants une personne qualifiée pour répondre sur la technique. Alors sans surprise, dans cette configuration où les jeunes militants ont un boulevard devant eux, avec M. Barthès opinant, les propos tenus virent au n’importe quoi assez rapidement.

« la marque a la pomme ne doit pas devenir à la marque à la carotte » (et pan)

Sans attendre, le discours de nos militants commence donc ainsi : « On a porté plainte contre Apple car nous avons l’impression qu’ils ralentissent les téléphones pour nous en faire acheter des nouveaux  ». Jusque-là, pourquoi pas. Après tout, moi aussi j’ai l’impression que les feux rouges durent toujours plus longtemps lorsque je veux traverser le boulevard Magenta, la mairie de Paris conspire sûrement contre moi. Tant que nous sommes dans l’impression, tout est possible et la terre est plate.

CC. Pexels

Seulement, les militants n’ont pas que des impressions, ils ont aussi des certitudes que le présentateur et la journaliste laissent visiblement passer sans contradiction. Après leur bon mot — « la marque à la pomme ne doit pas devenir à la marque à la carotte  » (et pan) — les militants enchaînent : « Les batteries des iPhones sont inamovibles  ». Conséquence, « on ne peut pas les changer  ». Étonnamment, Yann Barthès soulignait à peine quelques minutes avant qu’Apple avait décidé de changer ces mêmes batteries pour « 29 balles !  ». Je ne comprends plus rien, on peut ou on ne peut pas ? J’imagine que c’est en rapport avec la carotte. Poursuivons.

De la chimie à l’apéro télé

Nous apprenons maintenant qu’avec iOS « les mises à jour ralentissent les téléphones ». Ah, quand même, c’est du lourd.

Source ? Le vieux graphique de Google Trends qui montrent qu’à chaque sortie d’iPhone, les internautes plébiscitent la recherche « iPhone lent  ». Un graphique que l’on pensait suffisamment débunké depuis longtemps… Mais Samuel Sauvage nous explique que les débunks étaient grossiers (conspiration ?) et qu’en fait, les internautes ne veulent pas de nouveaux téléphones, ils sont trompés, manipulés, volés !

Même si aucune mise à jour n’est lancée le jour de la présentation d’un nouvel iPhone ? La question n’est évidemment pas posée, à l’évidence, chez Apple, ils sont si forts qu’ils ont un gros bouton « ralentir tous les téléphones du monde  » et paf !

Petite bobine de la journaliste de Quotidien dans un Apple Store. On s’endort, seulement réveillé par nos deux pourfendeurs de l’obsolescence programmé lorsqu’ils ajoutent que dans l’affaire qui fait leur célébrité, oui vous savez les batteries, et bien, à cause de celle-ci « le téléphone n’est plus utilisable ».

Alors reprenons, encore une fois, lorsque Cupertino ralentit les performances des processeurs pour préserver des batteries en fin de vie, a priori cela rallonge légèrement la durée de vie du téléphone en question, et évite justement que ce dernier ne s’arrête inopinément. Ce qui est bien souvent le cas avec de vieilles batteries, notamment lors de changement de température brutaux (à cause des processeurs véloces des modèles qui suivent l’iPhone 5), tout cela n’est que chimie. À moins que ce ne soit conspiration ?

On nous cache tout, on nous dit rien

Sur le plateau, personne ne croit à la chimie visiblement parce qu’en fait, Apple a tout prévu. Et oui : on ne peut pas changer les batteries (faux), Apple ralentit le téléphone quand elles sont trop vieilles (partiellement vrai) et bim, ça tombe toujours lorsque Cupertino présente un nouveau modèle (faux). Ah ça y est, j’ai compris « la marque à la carotte  ».

Personne dans le public pour se lever et rappeler que c’est un mélange peu digeste de vraies informations et de vrais délires ? Non, personne. La séquence va se terminer, mais pile avant la fin, le bouquet final de nos militants est encore à venir.

Le présentateur demande pour conclure : « Est-ce qu’il faut mettre à jour les iPhones ? ». Bah enfin Yann, vous n’avez rien suivi ou quoi ? Les mises à jour sont une invention du capitalisme pour nous faire acheter l’iPhone X ! Il paraît même que lorsqu’un constructeur ne met pas à jour ses modèles, c’est pour prolonger leur durée de vie…

Vous croyez que nous exagérons ? Non ! Malicieuse, Laetitia Vasseur glisse, comme si elle était en position de conseiller quoique ce soit quant à la technologie après un tel bullshit, « on ne vous le conseille pas trop…  » Malin.

Vous avez bien entendu là bas au fond ? En pleine faille Meltdown, alors que les mises à jour sont avant tout là pour la sécurité (la vôtre, mais également la nôtre), ne les faites surtout pas !

Pour comprendre l’intérêt réelle d’une mise à jour de sécurité, expliquons : lorsqu’une faille est découverte dans le logiciel, le constructeur en prend connaissance et modifie le code pour résorber la dite faille. Ensuite, la mise à jour vient garantir qu’elle ne sera plus exploitable car résolue. Sans mise à jour, la dite faille, est toujours présente dans le téléphone. Ajoutons qu’Apple, dans sa prochaine mise à jour, va en outre (enfin) expliquer le fonctionnement de sa préservation des batteries. Mais ne faites surtout pas cette mise à jour…

Visiblement sur TF1, on a davantage peur de devoir acheter un nouveau téléphone que de se faire pirater des données.

Carotte à l’antenne

Page de pub. Ça suffit pour aujourd’hui, nous éteignons le poste, perplexe. Nous n’avons pas envie de défendre Apple qui a tendu le bâton (la carotte ;-))) ) pour se faire battre en ne communiquant pas aux utilisateurs son processus de sauvegarde des batteries.

Puis, en agissant comme un voleur repenti, Cupertino aggrave son cas. En outre, Apple est bien une société qui s’inscrit dans une économie non durable, pas de scoop ici : elle a beau utiliser de l’énergie renouvelable, son modèle économique dépend encore largement de la vente, répétée, de produits. Quitte à tuer l’environnement, Greenpeace le rappelle chaque année.

Ce n’est pas l’attitude d’un sauveur de planète, certes, mais pas non plus celle d’un conspirateur

Et donc nécessairement, elle fait ce qu’elle peut pour nous vendre de nouveaux téléphones, même lorsque ce n’est pas nécessaire. Mais même à ce titre, difficile de penser qu’elle serait dans la conspiration, notamment parce qu’elle met plutôt bien à jour sa flotte d’appareils avec les nouvelles versions de son OS. Là où Samsung et de nombreux autres peuvent abandonner un appareil au bout d’un an et demi. Ou encore car elle conserve les prix de ses smartphones, même anciens, relativement fixe, organisant ainsi une revente simple de téléphones qui peuvent avoir plus de deux ans. Quitte à le faire par son propre refurb. Ce n’est pas l’attitude d’un sauveur de planète, certes, mais pas non plus celle d’un conspirateur.

A moins qu’Apple ne poursuive les mises à jour de vieux modèles pour mieux les ralentir ? Qu’elle organise la vente des iPhones 6 pour mieux les ralentir ? C’était donc ça ! On rend l’antenne.

Partager sur les réseaux sociaux

via Numerama.com – Magazine http://ift.tt/2CciaGz

January 11, 2018 at 12:44PM

Vu sur le web > iOS 11.2 ferait perdre des fortunes au marché de la pub

http://ift.tt/2CWd5pJ

Il y a le feu chez les publicitaires depuis la sortie d’iOS 11.2. Cette version bloque en effet de nombreuses requêtes de tracking publicitaire, dont s’est notamment fait la spécialité le français Criteo -qui dévisse en bourse. Mais selon l’IAB, ce sont des « centaines de millions de dollars » qui sont en jeu chez de nombreuses entreprises, et qui pourraient impacter durablement un secteur déjà en crise sur le web. Depuis la rentrée, de nombreuses organisations spécialisées ont jugé la décision « unilatérale et lourde de conséquence » et une menace pour « l’écosystème précieux de la publicité numérique, qui finance une grande partie du contenu et des services numériques ». Si la réaction d’Apple part d’un bon sentiment, certains services jusque là gratuits pourraient avoir bien du mal à survivre sans publicité ciblée. Les choix de Cupertino sont d’autant plus ambigus, que le tracking dans les applications natives est bien plus complet et efficace que dans Safari, et finalement assez peu vérifié par les équipes de validation.

via Mac4Ever.com http://ift.tt/1wMqzWG

January 10, 2018 at 06:43PM

Vu sur le web > Orange lance un bouquet TV et vidéo pour les 15-35 ans

http://ift.tt/2qPU8QE

Orange continue d’étoffer son offre de médias. L’opérateur historique a lancé mercredi Pickle TV, un bouquet TV et vidéo destiné aux jeunes de 15 à 35 ans et adapté à ceux qui regardent beaucoup de contenus sur des terminaux mobiles. Le bouquet proposé aux clients d’Orange et de sa marque à prix réduit Sosh sur l’interface de la TV d’Orange agrège des mini-séries, des vidéos d’humour, et des contenus spécialisés sur le « e-sport », ces compétitions de jeux vidéo, le manga et la musique contre un abonnement de près de 5 euros par mois, selon un communiqué.

L’opérateur fait le pari de convaincre les plus jeunes, friands de contenus sur YouTube ou d’autres plateformes gratuites, de s’abonner pour pouvoir « picorer » ces contenus sans publicité sur une interface unique. Les clients y trouveront notamment, les séries courtes pour mobile de Studio+, offre lancée par Vivendi et sa filiale Canal+ fin 2016, et des séries de Golden Moustache, le MCN (multiple channel network/réseau mult i chaînes) du groupe M6.

Jeux vidéo et dessins animés

Le bouquet diffuse aussi ES1, première chaîne française consacrée exclusivement aux compétitions de jeux vidéo du groupe Webedia, qui commence sa diffusion à cette occasion. Les chaînes du groupe Viacom, Game One (mangas, séries, jeux vidéo) et Manga One by Game One spécialisée sur les mangas sont aussi représentés.

Enfin, on y trouvera tous les épisodes du dessin animé à l’humour décalé « South Park », OKLM, la chaîne du rappeur Booba dédiée au Hip hop et à la culture urbaine,  Clubbing TV, chaîne dédiée aux musiques électroniques et à la culture électro et Spicee, un site d’info indépendant fort sur le reportage vidéo.

« Pickle TV est la jonction entre le monde de la TV et celui de l’Internet, priorisant des contenus inventifs et de qualité », indique Orange dans un communiqué.

(avec AFP)

via La Tribune http://ift.tt/2AErq9C

January 10, 2018 at 02:37PM

Vu sur le web > Criteo Cuts Their Revenue Projections for 2018 by 22%

http://ift.tt/2CWcFzs

Internet advertising firms are losing hundreds of millions of dollars following the introduction of a new privacy feature from Apple that prevents users from being tracked around the web.

Advertising technology firm Criteo, one of the largest in the industry, says that the Intelligent Tracking Prevention (ITP) feature for Safari, which holds 15% of the global browser market, is likely to cut its 2018 revenue by more than a fifth compared to projections made before ITP was announced.

With annual revenue in 2016 topping $730m, the overall cost of the privacy feature on just one company is likely to be in the hundreds of millions of dollars.

Dennis Buchheim, general manager of the Interactive Advertising Bureau’s Tech Lab, said that the feature would impact the industry widely.

“We expect a range of companies are facing similar negative impacts from Apple’s Safari tracking changes. Moreover, we anticipate that Apple will retain ITP and evolve it over time as they see fit,” Buchheim told the Guardian.

“There will surely be some continued efforts to ‘outwit’ ITP, but we recommend more sustainable, responsible approaches in the short-term,” Buchheim added. “We also want to work across the industry (ideally including Apple) longer-term to address more robust, cross-device advertising targeting and measurement capabilities that are also consumer friendly.”

‘Sabotage’

ITP was announced in June 2017 and released for iPhones, iPads and Macs in September. The feature prevents Apple users from being tracked around the internet through careful management of “cookies”, small pieces of code that allow an advertising technology company to continually identify users as they browse.

Q&A

What is a cookie?

A cookie is a small text file a website can drop on to a visitor’s computer when it wants to remember something about them. The contents of a shopping trolley, perhaps, or whether or not they are logged in to the site at all.

But cookies can also be used in less user-friendly ways. An advertising network can drop a cookie on a visitor’s computer, and then read that same cookie at every new website the visitor arrives at that displays that network’s adverts. This process lets the network track users around the web, building up a profile of their browsing habits to better target them for adverts.

Its launch sparked complaints from the advertising industry, which called ITP “sabotage”. An open letter signed by six advertising trade bodies called on Apple “to rethink its plan … [that risks] disrupting the valuable digital advertising ecosystem that funds much of today’s digital content and services.”

It also accused the company of ignoring internet standards, which say that a cookie should remain on a computer until it expires naturally or is manually removed by a user. Instead, the industry said, Apple is replacing those standards “with an amorphous set of shifting rules that will hurt the user experience and sabotage the economic model for the internet”.

In response, Apple noted that: “Ad tracking technology has become so pervasive that it is possible for ad tracking companies to recreate the majority of a person’s web browsing history. This information is collected without permission and is used for ad re-targeting, which is how ads follow people around the internet.”

Initially, many advertisers believed they had found a technological way around some of the restrictions put in place by ITP. Criteo, which took advantage of that loophole, had initially expected revenue to drop by only 9-13%, the company said. But in December, Apple closed that work-around on its mobile devices as part of the iOS 11.2 update, causing the ad-tech firm to update its projected impact to its current estimate of 22% “relative to our pre-ITP base case projections”.

The company has not given up hope, however. “We are focused on developing an alternative sustainable solution for the long term, built on our best-in-class user privacy standards, aligning the interests of Apple users, publishers and advertisers,” Criteo said in a press release. “This solution is still under development and its effectiveness cannot be assessed at this early stage.”

There is more pain to come for the advertising industry. Google has announced a built-in adblocker for its Chrome, which holds over 55% of the global browser market according to data from Statcounter. Google has been testing the feature since June 2017 and will roll it out to all users in February.

Unlike Safari’s ITP, however, Chrome’s adblocker has been created in partnership with the ad industry. The feature only blocks what the company calls “intrusive ads”, such as autoplaying video and audio, popovers which block content, or interstitial ads that take up the entire screen.

via Pixel Envy http://pxlnv.com/

January 9, 2018 at 11:15PM