Vu sur le web > Leaked government memo claims DJI is spying on the US for China

http://ift.tt/2BovRBH

Drone maker DJI’s security troubles continue to grow, as a newly leaked U.S. Immigration and Customs Enforcement (ICE) memo claims the company may be spying on the US on behalf of the Chinese government. Per the memo, DJI drones and mobile apps are possibly being used to gather data on critical US infrastructure, law enforcement, and more.

The ICE memo was issued on August 9, 2017, and is unclassified. In it, the memo claims that DJI is "likely" providing the aforementioned data to the Chinese government, an assertion that is "based on information derived from open source reporting and a reliable source within the unmanned aerial systems (UAS) industry with first and secondhand access."

The claims aren’t a certainty, according to ICE, which says in the memo that Special Agent in Charge Intelligence Program (SIP) Los Angeles has "moderate confidence" that DJI is providing law enforcement and critical infrastructure data to China. However, the memo claims that SIP LA has "high confidence" that DJI is "selectively targeting government and privately owned entities within these sectors to expand its ability to collect and exploit sensitive U.S. data."

SIP Los Angeles makes some alarming claims about the DJI GO and SkyPixel mobile apps, saying in part that they grab facial recognition data even if the feature is disabled. The collected data, which is said to include sensitive personal info like full names, images and videos, phone numbers, and computer credentials, are automatically uploaded to unspecified "cloud storage systems" in Hong Kong and Taiwan "to which the Chinese government most likely has access."

The memo goes on to state that SIP LA has "high confidence [that] a foreign government with access to this information could easily coordinate physical or cyber attacks against critical sites."

Sources of information (SOI) have informed officials, according to the document, that:

The Chinese government is using DJI UAS as an inexpensive, hard-to-trace method to collect on U.S. critical assets … directorates most likely receiving the data from DJI’s cloud are the offices responsible for defense, critical infrastructure, traffic controlling, and cyber offense…

This isn’t the first time DJI has been the source of security concerns. Earlier this year, the U.S. Army issued a memo, as pointed out in this most recently leaked document, that ordered its units to immediately cease use of DJI products over security concerns. Additionally, security researcher Kevin Finisterre recently claimed that DJI threatened him after he submitted a bug bounty report highlighting serious security issues he had discovered with the company’s system.

For its part, DJI has released an official statement on the leaked ICE memo, saying:

The bulletin is based on clearly false and misleading claims from an unidentified source. Through the law firm of McDermott Will & Emery, DJI provided ICE a detailed rebuttal of the report, explaining why the data behind its conclusions is deeply flawed.

As DJI explained to ICE, the allegations in the bulletin are so profoundly wrong as a factual matter that ICE should consider withdrawing it, or at least correcting its unsupportable assertions. DJI further urged ICE to consider whether the source of the allegations may have had a competitive or improper motive to interfere with DJI’s legitimate business by making false allegations about DJI.

The company states that some of the claims in the ICE memo can be "easily disproven," including with "a simple internet search," while other claims are said to be "unsupported by facts or technical analysis."

That said, the ICE memo claims, "Much of the information collected [by DJI products] includes proprietary and sensitive critical infrastructure data, such as detailed imagery of power control panels, security measures for critical infrastructure sites, or materials used in bridge construction."

DJI is allegedly "focused on targeting" the utility companies that provide drinking water in four big locations: New York, Los Angeles, Chicago, and New Jersey. The memo claims the drone maker is also focused on railway companies located in Los Angeles, Dallas-Fort Worth, and Omaha, the Milan Army Ammunition Plant in Fort Riley, Kansas, and it is allegedly also providing the Chinese government with data to help it determine which assets to acquire in the U.S.

The complete ICE memo can be found here.

via Articles: Digital Photography Review (dpreview.com) http://ift.tt/i0r8o5

November 30, 2017 at 08:06PM

Vu sur le web > Le Google Home apprend à faire deux choses en même temps

http://ift.tt/2j5dRFF

La firme de Mountain View a récemment mis à jour l’assistant vocal de ses enceintes Google Home, afin de lui apprendre à réaliser deux tâches énoncées dans un même ordre. Cette évolution bienvenue, qui n’est pour le moment proposée qu’aux utilisateurs anglophones, permet ainsi de lancer un film et de tamiser les lumières, ou encore jouer de la musique et monter le son, en une injonction, alors que la chose n’était jusqu’ici possible qu’avec deux demandes distinctes, chacune précédée du traditionnel « OK Google ». L’application Google Home propose par ailleurs de créer des raccourcis rassemblant deux actions en une même scène, mais n’autorise malheureusement pas (encore ?) à lancer combiner une scène et une seconde requête dans un même ordre. [Source]

via Mac4Ever.com http://ift.tt/1fLI331

November 30, 2017 at 06:16PM

Vu sur le web > Gemalto veut supprimer 288 postes en France

http://ift.tt/2zS1N56

Gemalto poursuit son chemin de croix. Le spécialiste français de la sécurité numérique a prévenu jeudi d’une forte baisse de son résultat des activités opérationnelles en 2017 et a annoncé un projet de réorganisation en France qui se traduira par la suppression de 288 postes, soit près de 10% des effectifs français du groupe.

« Le résultat des activités opérationnelles de Gemalto en 2017 est attendu en baisse de 28% à 35% par rapport à l’exercice 2016 », fait savoir le spécialiste de l’identité numérique dans un communiqué.

Rationalisation

Le groupe invoque la baisse conjuguée de la demande et des prix de vente sur ses deux secteurs d’activité historiques, la carte SIM et la carte bancaire.

Il se dit donc contraint d’étendre ses efforts de rationalisation et annonce que le projet de réorganisation concernera en particulier les activités liées à la carte SIM et à la carte bancaire, ainsi que les fonctions support du groupe. Les 288 postes supprimés seront répartis sur trois des sites français de Gemalto : Gémenos et La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône, et Meudon dans les Hauts-de-Seine.

(avec Reuters)

via La Tribune http://ift.tt/2AErq9C

November 30, 2017 at 06:05PM

Vu sur le web > Nouvelle gifle boursière pour Altice

http://ift.tt/2nhcVCN

Les marchés ne sont toujours pas rassurés. L’action Altice a une nouvelle fois dégringolé ce jeudi. A la Bourse d’Amsterdam, le titre du géant des télécoms et des médias a encore lourdement chuté, de 5,63% à 6,63 euros, son plus bas niveau historique de clôture.

Altice avait été introduit en Bourse à 28,25 euros en janvier 2014 mais le nominal de l’action a été divisé par quatre l’année suivante. En tenant compte de cette division, le prix de référence à retenir est donc de 7,0625 euros. Le plus bas historique d’Altice, division du nominal incluse, remonte au 10 mars 2014, à 6,2001 euros en séance selon les données Thomson Reuters.

10 milliards d’euros de capitalisation boursière, 50 milliards de dette

Le cours du groupe fondé par Patrick Drahi a fondu de plus de moitié depuis le 3 novembre et la publication de résultats trimestriels nettement inférieurs aux attentes, qui ont déclenché une crise de confiance du marché. Sa capitalisation boursière est désormais inférieure à 9,5 milliards d’euros, alors que sa dette reste proche de 50 milliards.

>> Lire aussi  Chute boursière d’Altice : coup d’arrêt aux ambitions américaines de Drahi

(avec Reuters)

via La Tribune http://ift.tt/2AErq9C

November 30, 2017 at 06:05PM

Vu sur le web > JUSTICE LEAGUE’s Problems May Go Higher Than Zack Snyder or Joss Whedon

http://ift.tt/2zAKPE3

justice-leagues-problems-may-go-higher-than-zack-snyder-or-joss-whedon-social.jpg

Justice League is now in theaters and most people will agree that the movie is less than perfect. A lot of that has to do with the fact that the film faced a lot of the internal problems by those involved with bringing Justice League to the screen. Zack Snyder‘s departure and the expensive rewrites and reshoots have been well-documented, and because of that the film has been dubbed the "Frankenstein project". But, now a new report from The Wrap brings to light some interesting information that might explain why the movie was rushed to release when it could have been pushed and ultimately been a much better movie.

One insider told The Wrap that few at Warner Bros. were actually happy with the finished film, and many believe that the decision not to push back the release date was by far the biggest mistake.

The Wrap’s sources claim that WB CEO Kevin Tsujihara and President Toby Emmerich wanted to make sure the bonuses they would be paid before the huge $85 billion dollar deal between Time Warner and AT&T, went through. They were apparently worried that “if they pushed the movie, then their bonuses would have been pushed to the following year and they might not still be at the studio.”

If this is true, then it really dims the spotlight of responsibility on Snyder and Joss Whedon and moves it toward the WB executives, because it sounds like the Justice League‘s biggest downfall might be good, old-fashioned corporate greed.

Be sure to check out the report in full Here and let us know what you think in the usual place.

via GeekTyrant – Geek Movie and Entertainment News https://geektyrant.com/

November 30, 2017 at 04:54PM

Vu sur le web > Angleterre: un recours en action collective pour les possesseurs d’iPhone contre Google

http://ift.tt/2jynA6N

Google a été pris sur le fait en 2012. La société avait utilisé un système de contournement pour installer sur les iPhone des cookies sans que personne ne s’en rende compte et même si les utilisateurs les avaient interdits.
Cela a coûté à la société une amende ridicule aux Etats-Unis de 22,5 millions de dollars.

L’addition pourrait être bien plus salée en Angleterre et au Pays de Galles. Une action en recours collectif a été lancée et réclame à Google une somme pouvant atteindre les 500 livres Sterling par personne ayant eu un iPhone entre juin 2011 et février 2012.
La procédure prendra des années. Dommage que les rares instances capables de déclencher un tel recours en France ne le fassent pas.

via MacBidouille.com http://ift.tt/1MiR3rX

November 30, 2017 at 02:02PM

Vu sur le web > La quasi totalité des 18-24 ans sont équipés d’un smartphone

http://ift.tt/2Arj2tu

C’est une étude de référence pilotée par l’Arcep, le CGE et l’Agence du Numérique réalisée par le CREDOC depuis 2000 qui donne de nombreux chiffres sur le mobile dans les usages :

Le smartphone est devenu en quelques années incontournable et près des trois quarts de la population en sont aujourd’hui équipés (73%, +8 points en un an) ; en 2011, moins d’un quart des Français en possédait un. Le téléphone mobile confirme quant à lui son ascendant sur le téléphone fixe : 94% des Français en sont désormais équipés, soit un écart de 8 points avec le téléphone fixe (86%, -2 points en un an).

Le mobile est désormais le terminal le plus souvent utilisé pour se connecter à internet (42%), devançant l’ordinateur (38%). Au total, 64% des Français utilisent leur smartphone pour naviguer sur internet, même à domicile.

La quasi totalité des 18-24 ans sont équipés d’un smartphone

La diffusion des smartphones participe à l’essor des pratiques numériques en mobilité comme par exemple les messageries instantanées, utilisées par 43% des français (contre 32% l’an dernier), ou le visionnage de vidéos ou le téléchargement d’applications (en hausse respectivement de +10 points et +7 points par rapport à l’an dernier).

Même à domicile, les internautes privilégient de plus en plus les connexions à partir du réseau mobile. 51% de la population est désormais concernée (+9 points par rapport à l’an dernier), alors que la part de ceux qui se connectent à

partir d’un ordinateur sur une connexion fixe ou en Wi-Fi reste certes élevée, mais plafonne à 78%. Les Français sont ainsi de plus en plus équipés en téléphonie mobile (+11 points sur la période 2010-2017) et leurs usages nomades ne cessent de se développer, même lors de leurs déplacements au sein de l’Union Européenne : les trois quarts des 18-39 ans sont concernés, alors qu’ils étaient environ la moitié il y a sept ans. Toutefois, seulement 59% des Français savent qu’ils peuvent désormais utiliser leur mobile en Europe dans les mêmes conditions qu’en France et sans frais d’itinérance, contre 71% des Européens.

Messagerie

Les messageries instantanées ont séduit plus de 4 Français sur 10, qui les utilisent plus souvent pour envoyer des messages texte que pour téléphoner. L’envoi de ces messages est, d’ailleurs, la plupart du temps quotidien (35% des 12 ans et plus et jusqu’à 65% pour les 18-24 ans). Au-delà de la simple correspondance écrite, elles permettent en effet de poster des photos, d’avoir des conversations avec des « groupes » constitués dès lors que les pairs ont téléchargés la même messagerie.

Les messageries instantanées n’ont pas encore détrôné les SMS ou les appels classiques via l’opérateur, même parmi les utilisateurs. À titre d’illustration, chez les 12-17 ans, 28% utilisent plus souvent la téléphonie mobile classique que les messageries instantanées pour téléphoner mais, pour une proportion quasi identique (26%), c’est l’inverse qui prévaut.Trois fois sur quatre, les utilisateurs de messageries ne se contentent pas d’une seule application, mais recourent à plusieurs.

via servicesmobiles.fr http://ift.tt/LjYyoU

November 30, 2017 at 11:32AM

Vu sur le web > Un iPhone « Xs Plus » de 6,5 » en 2018 et un iPhone « XE » de 5,2 » en 2020 ?

http://ift.tt/2j29YkD

Si Apple limite cette année l’utilisation de l’OLED dans sa famille de smartphones à la dalle 5,85 » de l’iPhone X, cette technologie devrait s’étendre dès l’année prochaine sur au moins un nouvel appareil, probablement une déclinaison « Plus », selon plusieurs analystes chevronnés.

Récemment, Chuljoong Kim de Jefferies & Co a tenté de livrer des prédictions plus précises sur l’avenir de la gamme d’iPhone, et parie sur l’arrivée d’un « iPhone Xs Plus » en fin d’année 2018, aux côtés d’un descendant direct de l’iPhone X, probablement baptisé « Xs ». Ce modèle « Plus » embarquerait un écran OLED de 6,5 », d’une définition de de 2688×1242 pixels et d’une résolution de 459ppp.

Alors qu’il se murmure en ce moment que la Pomme présentera en début d’année une nouvelle version de son iPhone SE, la rumeur laisse entendre que ce dernier conservera l’écran LCD de son devancier, cependant un héritier embarquant une dalle OLED serait bel et bien en préparation et pourrait débarquer dans le courant de l’année 2020. D’après l’analyste de Jefferies, ce nouveau petit iPhone serait doté d’un écran de 5,2 pouces -soit un format à peine plus modeste que la dalle de l’iPhone Xavec une définition de 2080×960 et une résolution de 441ppp.

Chuljoong Kim estime enfin que les smartphones adopteront prochainement en masse des écrans pliables, lesquels devraient être intégrés à de nombreux prototypes dès l’année prochaine, avec sans doute la mise en vente d’un nombre limité d’unités fin 2018, avant que ces appareils ne se généralisent dès 2019.

Source

via Mac4Ever.com http://ift.tt/1fLI331

November 30, 2017 at 11:45AM

Vu sur le web > Orange couvre 95 % de la population en 4G

http://ift.tt/2AiY1Rn

La guerre de la communication continue entre les opérateurs. Il y a un mois, Orange annonçait 93,8 %, dépassé de peu par Bouygues Telecom moins de deux semaines plus tard avec 94 %.

L’opérateur historique revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec… 95 % de la population et reprend donc la tête, jusqu’à la prochaine annonce d’un de ses concurrents.

Orange couvre 95 % de la population en 4G

















Copié dans le presse-papier !

via PC INpact http://ift.tt/1QwWIhs

November 30, 2017 at 11:42AM

Vu sur le web > ARKit : la pub va augmenter votre réalité

http://ift.tt/2k9S4jE

Avec iOS 11, Apple a mis entre les mains des développeurs et des créatifs ARKit, une boite à outils pour fabriquer plus simplement des expériences de réalité augmentée dans les apps. Les agences de communication sont parmi les premières à s’en saisir.

Dans les mois à venir, il y a quelques chances pour que des marques, entreprises ou institutions exploitent cette technologie dans leurs apps mobiles. C’est ce que laissent entendre deux responsables d’agences que nous avons interrogés. Tous les feux sont au vert, disent-ils, pour que cette manière de communiquer touche enfin un plus large public.

« C’est un jour dont on se souviendra, c’est un jour à marquer d’une pierre blanche », déclarait Tim Cook sur le plateau de l’émission Good Morning America, en septembre dernier. Il ne parlait pas du nouvel iPhone X, mais de cette réalité augmentée qu’il ne cessait d’évoquer depuis plus d’un an sans donner d’exemples concrets de ce qu’Apple avait dans ses cartons.

La réalité augmentée à Apple Park Cliquer pour agrandir

Aujourd’hui, grâce à la compatibilité assez large d’iOS 11, les apps qui se reposent sur ARKit pour incruster des personnages, des objets et des décors à l’intérieur d’un environnement réel peuvent immédiatement fonctionner sur des dizaines et des dizaines de millions d’iPhone et d’iPad. Pour les développeurs et les créateurs de contenus c’est un énorme obstacle qui est levé : Apple leur offre à la fois un outil intégré à son système et une impressionnante base d’utilisateurs qui n’a rien d’autre à faire que lancer ces apps et viser le sol pour faire surgir des contenus de synthèse imbriqués dans leur environnement immédiat.

Avant ARKit, l’agence lilloise DAD avait déjà à son actif des campagnes publicitaires qui exploitaient ce mélange de réel et d’artificiel. Ça pouvait être la simulation d’un nouvel élément de décoration dans une pièce, l’aspect d’un vernis à ongles virtuel sur la main ou encore une pochette d’album de musique qui s’anime derrière un écran pour livrer des contenus inédits.

Au départ, l’utilisation de la réalité augmentée était quelque peu confidentielle et modérément tournée vers le grand public, raconte Marc-Antoine Redien, le cofondateur de DAD :

C’était utile pour le B2B, pour résoudre des problématiques très identifiées pour un public très ciblé : lancement d’un produit technique, tablettes pour les commerciaux qui peuvent en faire la démonstration aux revendeurs, par exemple.

En 2015, l’agence avait créé une app qui fonctionnait en lien avec la pochette du dernier album de Lara Fabian et pouvait afficher des contenus supplémentaires : « Ça marche car c’est un public captif, qui a acheté un support physique et qui va obtenir un bonus gratuit en rapport avec leur artiste ». Dans d’autres cas les développements réalisés étaient restés au stade du proof of concept (la démonstration d’une idée) ou bien étaient « des tests, soit à petite échelle, soit déployés (comme pour la marque de produits de beauté Nocibé, ndlr) mais sur un seul coup. Il n’y avait pas de continuité ».

Un changement est néanmoins perceptible, observe Marc-Antoine Redien. De plus en plus de ses clients envisagent la réalité augmentée comme « un vecteur intéressant pour passer un message et pas uniquement un outil purement techno ». La réalité augmentée ne serait plus une fin en soi, comme une sorte de preuve d’avant-gardisme de la part d’un annonceur, mais un vrai support de communication en parallèle à d’autres plus classiques.

« La réalité augmentée offre d’innombrables possibilités pour les marques, et ARKit est définitivement un tournant pour l’adoption massive de cette technologie », s’enthousiasme Vincent Vella, cofondateur et directeur de la création de Nedd, une agence basée à Paris et Montpellier.

Nedd s’était fait remarquer juste après la WWDC avec une démo dans laquelle figurait un portail en 3D, posé au milieu d’une véritable rue et ouvrant sur une autre "dimension" contenant une temple et une jungle. « Apple nous a contacté très rapidement et a utilisé de nombreuses fois notre portail pour faire la démonstration du potentiel d’ARKit, notamment lors du SIGGRAPH de Los Angeles fin juillet » (un grand salon spécialisé dans l’infographie et la 3D).

ARKit va tout changer, estime sans détours Vincent Vella : « Tout d’abord parce que le parc d’iPhone et d’iPad compatibles avec les apps ARKit est colossal : on parle de 200 à 300 millions de devices à horizon début 2018 ». Ensuite elle simplifie le processus de création et de mise au point des contenus :

Là où les technologies précédentes nécessitaient d’intégrer des capteurs ou des trackers visuels dans les expériences — ce qui les rendaient complexes à utiliser pour le grand public — celle d’Apple n’a besoin que du capteur photo et des capteurs de mouvements déjà présents dans ses smartphones. Ça change tout. Et puisque les marques souhaitent proposer des expériences pour les audiences plus larges possibles, ARKit est parfaitement adapté pour elles.

Marc-Antoine Redien abonde : « Ça fonctionne à partir du 6s et franchement c’est une vraie révolution pour les usages. Non, Apple n’a pas inventé l’AR comme ils aimeraient le faire penser, mais avoir acheté Metaio il y a quelques années leur donne un SDK magnifique, avec de nouveaux usages inédits : pas de tracker, ça colle bien, et aussi une échelle réelle qui est assez fiable » (la capacité à ce que l’objet ou le personnage ait une taille proportionnelle à l’environnement réel). Son unique regret à ce stade concerne l’absence de reconnaissance des plans verticaux, pour gérer les murs. Dans la première mouture d’ARKit il faut toujours pointer le sol pour poser son objet 3D.

Le résultat du travail d’Apple, poursuit Marc-Antoine Redien, est que les fondations deviennent solides pour vraiment construire quelque chose avec la réalité augmentée : « On dépasse doucement la vulgarisation. C’est encore confidentiel, mais beaucoup de projets avec de grandes marques sont en cours. Tout n’est pas signé mais les demandes sont là. 2018 va normalement changer la donne. 2017 était la transition. Avant, c’était trop tôt ».

Chez Nedd, Vincent Vella dit avoir été contacté par de nombreuses marques étrangères, en particulier américaines, dès juillet. En Europe et en France ça n’a vraiment commencé qu’à la rentrée avec l’arrivée d’iOS 11. Actuellement des prototypes sont créés, il y a une phase nécessaire de pédagogie auprès des clients qui précède toute discussion plus avancée, mais les choses bougent : « Aujourd’hui, nous avons plusieurs projets assez ambitieux en cours de production, qui sortiront début 2018. ».

La réalité augmentée partout

À en croire Vincent Vella, rares sont les domaines d’activité qui ne trouveront pas un usage à la réalité augmentée :

Les secteurs du design, de la déco, mais aussi de l’immobilier du neuf ont tout de suite vu un usage évident de cette techno. Mais tous les secteurs s’y intéressent : nous sommes interrogés par des marques de service, de retail, de grande conso, dans le luxe, la culture, mais aussi des ONG… Pour toucher le grand public, mais aussi parfois pour faire du BtoB ou de la formation.

Le partenariat entre Apple et IKEA avec l’app Place — même s’il n’a pas été mis en avant au-delà d’une petite opération de présentation auprès de quelques médias — a montré un usage clair, concret et immédiatement compréhensible par le grand public de l’apport possible de la réalité augmentée.

Amazon s’est glissé dans la traine de l’enseigne suédoise et a doté aussi son app iPhone d’une fonction de réalité augmentée, avec sa propre techno « ARView » pour voir « en vrai » des objets que l’on voudrait acheter (basculez l’app en version américaine dans ses réglages pour tester cette option avec l’appareil photo intégré).

Autre exemple, une opération a eu lieu dans quelques magasins américains pour préparer la sortie du prochain Star Wars. Des kakémono représentant des personnages du film comportaient un petit symbole à viser pour faire apparaître devant soi le personnage en 3D. Apple en fait usage dans son Visitor Center : en balayant avec l’écran de l’iPad une grande maquette de son campus, l’utilisateur en obtient une vue photoréaliste, correspondant à la réalité du lieu.

Une agence d’architecture ou un promoteur immobilier peuvent maintenant emmener leurs clients sur un terrain encore en friche et leur donner un aperçu assez fidèle de la maison ou de l’immeuble qui s’élèveront à cet endroit.

L’agence DAD a dans son portfolio de proof of concept un exemple conçu il y a déjà quatre ans, où un enfant peut jouer avec la version 3D du personnage qui orne son paquet de céréales. Une version plus contemporaine des figurines en plastique distribuées encore aujourd’hui et un exemple presque évident d’une utilisation de la réalité augmentée. Un principe qui peut se décliner quasiment à l’infini pour toutes sortes de marques.

Vincent Vella a entrepris de catégoriser les cas de figure pertinents pour utiliser la réalité augmentée, il en dénombre six dans tous les secteurs : « Brand content (contenu associé à une marque, ndlr), Showrooming (évaluer un produit directement chez soi, ndlr), Expérience Client, Simulation / Maintenance, Aide à la vente et Formation. Et bien sûr pour certains projets, les typologies peuvent se croiser ».

Cette montée en puissance de la réalité augmentée peut s’avérer un défi pour ces agences en matière de compétences. « La plupart d’entre elles vont avoir du mal à utiliser cette technologie à son plein potentiel », prévient le cofondateur de Nedd : « Pour proposer des expériences en réalité augmentée vraiment pertinentes et innovantes, il faut avoir à la fois de fortes compétences en UX design et des équipes de production assez pointues en 3D mais aussi en développement, deux choses que les agences de pub ont peu voire pas du tout ».

C’est d’autant plus compliqué pour ceux qui vont être à la manœuvre pour fabriquer ces contenus qu’il n’y a pas qu’ARKit en lice. Après Apple, Google a annoncé à la fin août sa propre solution, ARCore, basée sur son précédent projet Tango (lire Le projet Tango de Google joue sa dernière carte avec le ZenFone AR). ARCore est en bêta et ne marche pour le moment que sur les Pixel à la part de marché confidentielle et les Galaxy S8.

Google espère rapidement monter en puissance sur le nombre de terminaux compatibles, mais il se posera immanquablement le problème de la fragmentation du parc existant. Pokémon GO avait mis en évidence des disparités entre des terminaux équipés d’un gyroscope et d’autres, à bas prix, qui étaient dépourvus de ce composant banal et qui équipe n’importe quel iPhone même ancien.

À l’agence DAD, Marc-Antoine Redien se montre toutefois optimiste devant les efforts du concurrent d’Apple : « L’ARCore de Google s’en sort pas si mal au final. Avec son Tango remanié en vitesse, ça va dans le bon sens ». Chez Nedd, ARCore est déjà utilisé pour créer des choses équivalentes à celles faites avec ARKit. Apple conserve toutefois un avantage dès que l’on parle de cette homogénéité du parc matériel. La force d’Apple c’est son « environnement beaucoup plus contrôlé », rappelle Vincent Vella :

Le parc de devices Android regroupe des smartphones aux capacités très variables, ce qui fait qu’une expérience en réalité augmentée pourra très bien fonctionner sur un appareil qui a deux ans chez tel constructeur, mais pas sur un appareil récent d’une marque plus low-cost. Chez Apple les expériences fonctionnent très bien à partir de l’iPhone 6s.

On parle d’Apple et de Google mais il faudrait citer aussi Snapchat qui a été un précurseur avec ses filtres appliqués dynamiquement aux visages ("Lenses") puis dans l’environnement ("World lenses"). Puis Facebook qui a de nouveau copié son adversaire en lançant le développement de Studio AR, un atelier de création pour des contenus en réalité augmentée qui ne marcheront que sur sa plateforme.

L’attente commence

À voir les initiatives des uns et des autres et à écouter ceux qui vont créer ces contenus, l’année qui vient pourrait être l’occasion de transformer l’essai réussi de Pokémon GO. À la suite de la sortie d’ARKit on a vu tout au long de l’été dernier des dizaines de petites démos sympathiques. Et puis le soufflé est comme retombé d’un coup.

À en croire les deux responsables de Nedd et DAD, cette période de calme ne devrait pas durer. Les développements d’Amazon et d’IKEA montrent que de grands groupes ont les moyens et la légitimité pour se saisir de cette technologie et la rendre pertinente au quotidien, pas uniquement pour épater l’utilisateur pendant quelques minutes.

Mais pour que ces usages s’installent dans la durée il reste des progrès à accomplir. Comme d’augmenter régulièrement le catalogue d’objets modélisés afin que le réflexe de vouloir utiliser la fonction de réalité augmentée soit payé de retour.

La mise à jour hier d’IKEA Place contient des sapins de noël vendus en magasins

Il faut aussi améliorer l’aspect de ces objets. Aujourd’hui ils peuvent être sommaires dans leurs textures et rendus. En 2017, avec les performances offertes par les puces graphiques des smartphones on est en droit de s’attendre à beaucoup mieux.

La réalité augmentée dans l’app d’Amazon Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Tim Cook lui même, pèlerin en chef de la réalité augmentée sur mobiles, concédait récemment que la technologie devait mûrir pour concurrencer l’expérience offerte par un véritable magasin où l’on peut essayer les articles, c’est encore plus vrai pour l’habillement et la mode (lire Tim Cook : la réalité augmentée va devenir essentielle dans le commerce).

Il y a les enseignes "à catalogues" où la manière d’exploiter la réalité augmentée coule de source. Puis il y a toutes les autres, celles répondant aux typologies définies par Vincent Vella, où il s’agira de faire preuve d’originalité et d’inventivité pour ne pas reproduire ad nauseam la même expérience ou interaction.

Ces tout prochains mois la réalité augmentée a des chances d’être cuisinée à toutes les sauces, bonnes comme mauvaises. Jusqu’à ce que, peut-être, quelques idées et usages s’installent durablement. Google a connu cela avec ses lunettes qui ont fini cahin-caha par trouver leur public dans l’industrie (lire Google recolle les morceaux de Glass pour les entreprises).

C’est le défi que vont devoir relever les marques et leurs agences : dépasser la simple démonstration technologique — dont l’effet de nouveauté ne durera qu’un temps et se banalisera très vite — pour déceler voire inventer des usages pertinents qui s’inscriront dans le quotidien des utilisateurs.

via MacGeneration http://www.macg.co/

November 29, 2017 at 09:10PM